27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 20:40

Lorsque j'ai commencé à plonger (il y a quelques années de cela maintenant), je me suis beaucoup interrogé sur ce que je voyais et sur la façon d'identifier et de reconnaître tout ça : était-ce un animal ? Une plante ? Quels sont les éléments de différenciation ? Etc. J'ai donc écrit une série d'articles à ce sujet dans mon précédent blog. C'est un de ceux-ci que je reprends ce soir, un texte dans lequel je me suis plus particulièrement penché sur les différences entre les ascidies et les éponges.

En effet, lorsque l'on plonge, il est parfois délicat de faire la différence entre certaines espèces d'ascidies et certaines espèces d'éponges, particulièrement quand il s'agit d'éponges encroûtantes. On voit une plus ou moins grande surface colorée, percée de trous... mais après ? Je vais donc, ici, essayer d'en faire une petite synthèse comparative pour apprendre à mieux les connaître et les reconnaître.

Les éponges

Les éponges (ou spongiaires) appartiennent à la famille des porifères et sont des animaux. Comme beaucoup de « choses » présentées dans ce blog, les éponges ressemblent peut-être à tout sauf à des animaux mais comptent quand même bel et bien parmi nos amis les bêtes. Ce sont des animaux primitifs, certes, mais des animaux qu'il faut voir comme des amas pluricellulaires assez peu organisés (pour faire simple).
 

Éponge encroûtante « fesse d'éléphant »
Éponge encroûtante « fesse d'éléphant »


Une éponge est un peu comme un vase percé d'orifices inhalants : les pores. L'eau entre par ces pores, l'éponge en absorbe les éléments nutritifs avant de la rejeter par l'orifice exhalant (au sommet du vase). L'éponge est capable d'entretenir ce va-et-vient de l'eau. On dit donc que c'est un filtreur actif. Les éponges possèdent enfin de petits éléments squelettiques : les spicules. Ceux-ci peuvent être de formes et de tailles très variées.

Les ascidies

La famille des ascidies regroupe différentes espèces d'animaux qui ressemblent à des tubes munis de deux orifices : un orifice inhalant par lequel entre l'eau et un orifice exhalant par lequel elle ressort. À l'intérieur du tube, l'eau est filtrée par un pharynx (une branchie), la nourriture amenée à l'estomac et les déchets évacués par un anus. Un fonctionnement digestif finalement assez évolué. Ce sont également des filtreurs actifs.
 

Ascidie coloniale
Une ascidie coloniale

Les zoologistes considèrent les ascidies comme les plus évolué des intertébrés car au stade larvaire, avant d'évoluer et de devenir des tubes, ils s'apparentent de très très près à des poissons primitifs.

Ascidies vs éponges, les points communs

On a donc, dans les deux cas, affaire à des animaux ; Et plus précisément des animaux qui ressemblent à des tubes ou des vases. Pour les ascidies comme pour les éponges, l'eau entre par un / des orifice(s) inhalant(s) et ressort par un orifice exhalant. Ce sont ces orifices de sortie que l'on aperçoit en premier lieu quand on croise une éponge encroûtante ou une colonie d'ascidies. Ils sont pour beaucoup dans la confusion que l'on peut avoir à les distinguer.

Les ascidies et les éponges sont des filtreurs actifs. Contrairement aux alcyons, par exemple, qui sont des filtreurs passifs et sont obligés de vivre dans des endroits où le courant est suffisant, les filtreurs actifs sont, à l'inverse, capables de faire circuler l'eau par eux-même. Ils sont capables de s'alimenter par eux-mêmes.
 

Éponge encroûtante clione jaune
Éponge encroûtante clione jaune


Ok, jusque là, on est pas beaucoup aidé pour les différencier. Ceci dit on a appris à mieux les connaître... et c'est déjà un bon pas, dans la bonne direction.

Ascidies vs éponges, les différences

  • Dans un cas, on a à faire à des animaux primitifs : les éponges. Dans l'autre cas, à des animaux évolués : les ascidies ;
  • Une éponge est une masse de cellules peu organisées. Les ascidies sont des individus différenciés et autonomes ;
  • L'intérieur des éponges est simple. Celui des ascidies est plus complexe puisque comprenant un estomac, un anus, etc.

Enfin, d'un point de vue plus pragmatique, on arrive à distinguer en plongée (parce que c'est quand même ça qui nous intéresse au final :-) les ascidies des éponges en les touchant. Sauf erreur, lorsqu'on touche une ascidie, celle-ci referme son orifice exhalant alors qu'une éponge reste désepérement inerte.

Voilà, j'espère ne pas avoir fait d'erreur et que ce petit mémo pourra vous aider lors de vos plongées.

D'autres articles à propos des ascidies :

Partager cet article

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte (101e département français et petite île tropicale de l'archipel des Comores, dans l'Océan Indien) et la Bretagne
  • Contact

Photos à vendre

Certaines photos de ce blog (ainsi que d'autres sur des thèmes variés) sont en vente sur Fotolia (pour les francophones) et Dreamstime (pour les autres :)
N'hésitez pas, pour vos photos d'illustration, à consulter :

   . Ma galerie Fotolia
   . Ma galerie Dreamstime

Recherche

Liens // Mayotte

Liens // Mer & plongée

Autres liens