6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 11:51

D'un poulpe qui coule des jours paisibles dans les eaux claires (pas très en fait, ce jour-là) et chaudes du lagon de Mayotte.

Ce poulpe donc, entendant du bruit à proximité de sa tanière et piqué par la curiosité, décide d'aller « j'ter un œil » aux alentours.

Il sort un œil.
Il sort deux yeux.

Mais là, affolé par tout ce monde de plongeurs grands, bruyants, lourdement équipés, il décide brusquement de faire demi-tour et de retourner dans le calme de son gîte.

 

Les yeux du poulpe


Moralité : une - belle - photo ratée d'un rendez-vous manqué !

Bon, c'est vrai, ce n'est pas que la faute poulpe. L'autofocus y est aussi un peu pour quelque chose.

Tant pis, une prochaine fois...

Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 05:41

Samedi après-midi dernier, dans les (petites) profondeurs de la Passe en S du lagon de Mayotte. Une plongée tranquille, belle (comme souvent) mais sans grand chose d'exceptionnel, jusqu'à...

Jusqu'à ce qu'un peu avant la fin de l'immersion nous passions à proximité de ça :

 
Coquille de Porcelaine et corail acropore
Une étrange mise en scène


Le squelette d'une coquille de Porcelaine, posé sur une table de corail acropore, couché sur le côté.

Sur le coup, je trouve cela plus incongru que bizarre. Un « truc » n'était pas à sa place dans cette scène mais, après tout, pourquoi pas ?
Une facétie de la nature, une de plus, une de celle qui rend chaque plongée unique. Sauf que, quelques mètres plus loin, re-belote :

 
Coquille de Porcelaine et corail acropore
Coquille de Porcelaine et corail acropore


La même mise en scène : une coquille de Porcelaine toujours posée, couchée sur le côté, au bord d'une assiette de corail. Mêmes dimensions, même position...

Là, les choses sont devenues bizarres (plus qu'incongrues). Ça ne pouvait plus être du au hasard.
Que faisaient ces coquilles sur le corail ? Pourquoi étaient-elles posées ainsi ? Et, surtout, par qui ? Dans quel but ?

Autant de questions qui restent sans réponses pour le moment :)

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 11:58

Ce n'est pas tous les jours que j'arrive à faire une photo de poisson satisfaisante.

Tout photogénique qu'il soit, un poisson est rarement coopératif. Exception faite des poissons dangereux et venimeux qui n'ont « même pas peur ». Normal, ils n'ont finalement pas grand chose à craindre. Pour les autres - tous les autres - c'est une autre paire de manches.

Néanmoins, de temps en temps, le miracle se produit. Comme dimanche dernier, avec ce couple de poissons-chirurgiens :

 
Un couple de poissons-chirurgiens
Un couple de poissons-chirurgiens


Un peu de culture pour compléter le cliché.

Les poissons-chirurgiens ont ceci de remarquable qu'ils possèdent un scalpel à la base de leur nageoire caudale (la tâche bleue et blanche que l'on aperçoit sur les deux poissons photographiés).
En fait de scalpel, il s'agit d'une épine rétractable, présente de chaque côté de la queue, dont la fonction est évidement défensive. C'est parce qu'elle évoque un scalpel (et qu'elle en a l'efficacité, enfin, il parait, je n'ai pas testé) qu'on appelle ces poissons chirurgiens.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 16:44

 
Chauves-souris roussettes pendues la tête en bas


Drôles de fruits en effet que ces chauves-souris roussettes pendues, en grappe, la tête en bas.
En grappe et en nombre, d'où un réveil (très) sonore de (trop) bon matin du côté de Dapani.

Réveil difficile pour tout le monde. Et gros besoin de s'étirer.

 
Une chauve-souris roussette qui s'étire les ailes
Le réveil de la chauve-souris


Mais bon, le temps était beau, la lumière magnifique. Ça aurait été finalement dommage de rater ça.
Il y avait du monde dans les arbres. Et pas que des chauves-souris...

 
Roussettes et makis sur une arbre
Roussettes et makis

Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 05:32

Enfin une vraie B.D sur Mayotte nous annonçait-on !
Après avoir pris le temps de lire ce livre attentivement et de le confronter à ma (toute jeune) perception de l'île au lagon, je dois avouer une certaine déception.

Je m'étais plongé dans la lecture avec envie. Je suis plutôt fan de B.D en N&B, aux traits épais, etc. Mais au final, le compte n'y est pas.

Pourquoi ? En fait, il y a surtout 3 choses qui me dérangent.

« Le Droit du Sol » ou le quotidien d'expatriés

Tout d'abord, il ne me semble pas que le livre parle vraiment de Mayotte. Du moins, il ne dévoile pas Mayotte dans le sens où il était annoncé comme un première vraie B.D sur l'île.

Le livre évoque, avant tout, le quotidien d'expatriés. Des expatriés dont les états d'âme, à la limite du verbeux parfois, constituent le vrai sujet du bouquin. Mayotte n'est pratiquement vue qu'à travers leur quotidien.

Même la situation tragique des candidat(e)s à l'immigration - notamment à cause de ce fameux « droit du sol » - n'est évoqué, principalement, qu'à travers ce prisme. Ce n'est pas vraiment le coeur du livre, contrairement à ce que peut laisser croire le titre. C'est un fil rouge qui donne unité et cohérence au déroulé de l'histoire, au vécu des différents personnages et, surtout, qui leur permet d'étaler, à longueur d'ouvrage, leurs pensées profondes.

Hormis les planches consacrées aux traversées des Kwassa-Kwassa (et qui sont un véritable bonne idée) au début de chaque chapitre, l'histoire semble pouvoir se transposer à peu près n'importe où. On n'est pas en prise direct avec Mayotte.

Un livre sur Mayotte... sans les mahorais

On n'est pas en prise direct avec Mayotte notamment, aussi, au cause de l'absence quasi-totale de protagonistes mahorais. Ils sont les grands absents de cette histoire.

D'un côté, il y a les blancs. Qui font vivre et évoluer Mayotte, jour après jour. Qui apportent progès et confort. De l'autre, les immigrants qui mettent leur vie en danger pour accéder à ce confort. Au milieu de tout ce beau monde... rien, personne !?!

Cela me dérange car, même si je crois à l'honnêteté et à la sincérité de l'auteur, on n'est pas bien loin d'une posture colonialiste dans laquelle le « colonisé » passe pour quantité négligeable. D'autant plus, que les rares fois où l'auteur évoque les mahorais, ce n'est pas en terme très élogieux.
Soit ce sont des délateurs qui livrent sans vergogne les clandestins à la PAF.
Soit ce sont des possédés qui se « lachent » au cours de cérémonies païennes et sacrificielles.
Soit ce sont des islamistes obtus.

Point de salut en dehors du corps médical

Enfin, plus anecdotique (quoique ?), l'auteur présente deux sortes d'expatriés.

Les médecins, infirmier(e)s et autres membres du corps médical. Ceux-ci sont des candidats certains à la béatification. Hauteur d'esprit, humanité débordante, sacrifice de soi... beaucoup de grandes et belles qualités, peu de défauts.

Pour les autres, fonctionnaires principalement, point trop de salut. Entre un instit toxico (et jamais à l'école) qui s'indigne beaucoup mais ne s'agite que pour récupérer sa femme, un gérant de boutique esseulé, à l'esprit étriqué, et donc forcément réac, un médecin libéral (contrairement aux autres), raciste et libidineux, sans parler des autres « colons » et des gendarmes, policiers et divers membres des forces de l'ordre décérébrés... l'auteur a tapé fort.

Ils faut des personnages typés dans un livre ou une B.D. Mais là, on touche quand même à la caricature pour un livre qui se veut (ou du moins qui était présenté) comme la première vraie B.D sur Mayotte.

Je précise, en disant cela, que je ne suis ni policier ou gendarme, ni instit, ni même fonctionnaire. Je ne défends aucun corps de métier. Je trouve juste que certains raccourcis ont été un peu rapides et surtout très très réducteurs. J'ai d'ailleurs trouvé une critique très élogieuse du livre sur le Net qui évoque : « le comportement colonial des Blancs, le cynisme grossier des expatriés ». Il y a forcément une part de vérité. Mais c'est tellement insultant pour une majorité d'expat. Enfin, j'espère...

Voilà qui conclut donc mes impressions - totalement subjectives et assumées :) - sur ce livre.
Pour que chacun de se faire son opinion, j'en rappelle les références : « Droit du sol » de Charles Masson aux éditions Casterman écriture

Repost 0
Published by Metropolis - dans Carnet de voyage
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 15:40

Cela devait arriver !

Après les avoir rater en juillet pour cause d'arrivée tardive.
Après les avoir manquer en août pour cause de tourisme dans l'océan Indien.
Après les avoir louper en septembre pour... plein de bonnes raisons, cela devait néanmoins arriver : la contemplation des baleines qui profitent de l'hiver austral pour mettre bas dans les eaux douces du lagon de Mayotte.

C'est chose faite depuis le week-end dernier et une journée en mer qui nous a permis de contempler plusieurs baleines à bosse (ou Mégaptères) avant leur retour visiblement très proche pour l'antarctique.
Mais stop aux mots. Place aux images...

 

Baleine à bosse ou Mégaptère

 

Baleine à bosse ou Mégaptère

 


2 baleines à bosse

Une première rencontre qui - forcément - donne envie d'encore plus, qui ne donne envie que de recommencer. L'année prochaine maintenant.

Pour terminer cet article, une dernière photo de dauphins... parce qu'il n'y a pas que des baleines dans le lagon.

 

3 grands dauphins

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 06:13

Les mers et les océans grouillent de vers et de limaces en tout genre.
L'océan Indien et le lagon de Mayotte ne font pas exception.

Il existe de nombreuses variétés de vers. Parmi celles-ci les planaires.
Ces derniers sont souvent confondus avec les limaces, les Nudibranches : mêmes couleurs éclatantes, taille similaire, etc.

Comment les différencier à coup sûr ?

 
Ver planaire
Ver planaire


Les planaires... sont tout plat !
D'une épaisseur microscopique, rien ne dépasse de leur corps absolument et désespérément plat. En Bretagne, certains aux couleurs moins éclatantes peuvent facilement, si on n'y prête pas attention, être pris pour un bout d'algue à la dérive. Cf. cet article sur un planaire breton.

 
Nudibranche
Nudibranche


Les Nudibranches sont plus charnus et surtout, de leur corps, dépassent (quand elles ne sont pas rangées) leurs branchies, par touffes plus ou moins nombreuses, plus ou moins fournies. Il s'agit, sur la photo ci-dessus, de la touffe jaune située sur l'arrière du corps.


D'autres articles et photos sur le sujet : un planaire acrobate (à Mayotte), un nudibranche flashy (à Rodrigues).

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 17:18

Les poissons-globes - ou Tétrodons - sont rarement gracieux. Éh oui, c'est comme ça !

Ils suscitent la curiosité par leur forme originale qui les fait ressembler à tout et à rien, à un « truc » à moitié formé ou déformé. Ainsi que par leur capacité à se gonfler d'eau rapidement pour effrayer et décourager un prédateur. Par contre, on se souvient rarement d'eux pour leur grâce ou la beauté de leur robe.

Il en existe cependant (au moins) un - l'exception - qui se détache du lot et que je trouve particulièrement élégant. Et qui, pour ne rien gâcher, est très fréquent dans le lagon de Mayotte : le canthigaster.

 
Poisson-globe - Tétrodon - canthigaster
Poisson-globe - Tétrodon - canthigaster


Il est facile à observer. Un peu moins à photographier. L'image ci-dessus doit être la première correcte que je fais de l'animal.

À noter. en plus de ses couleurs « tropicales », le canthigaster présente deux particularités :

1°/ Il est un des plus petits représentants des tétrodons. Environ 10 cm.
2°/ Il est polygame et peut féconder, à tour de rôle, jusqu'à sept femelles. Enfin, c'est ce qui se dit...

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 05:43

Certes, des tortues, sur la plage de N'Gouja à Mayotte, il y en a. Il peut même y en avoir beaucoup. Cf. ces précédents articles: Les tortues marines de Mayotte et Des tortues marines.

Mais il n'y a pas que ça. Et, sans parler des hôtes du récif, il est possible de faire de nombreuses rencontres plaisantes au niveau de l'herbier marin.
Il y a quelques temps j'évoquais ce Baliste Titan, croisé une ou deux fois. Le week-end dernier, ce fut un poisson Fistulaire.

 
Poisson Fistulaire
Poisson Fistulaire


Une rencontre inédite à cet endroit-là. En ce qui me concerne en tout cas.
J'ai déjà eu l'occasion de voir des Fistulaires à Mayotte, mais pas dans ces conditions. C'était plus au large dans le lagon, un tout petit peu plus profond, etc. Cf. l'article Le poisson Fistulaire.
Celui-la, non, il « bullait » peinard sur l'herbier à peut-être 1 m de profondeur. Et pas vraiment farouche. Un régal photogénique.

Plutôt que d'en remettre une couche sur le Fistulaire, sa vie, son œuvre, je renvoie à un ancien article de mon précédent blog sur le sujet  : Les poissons Fistulaires, une autre curiosité sous-marine

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 06:12

En balade du côté de Tsingoni et de la cascade de Soulou le week-end dernier, j'ai cru un moment être arrivé à Brobdingnag, le pays des géants de Gulliver.

En traversant d'abord une cocoteraie plantée d'arbres aux dimensions généreuses.

 
Cocoteraie
La cocoteraie


Puis, à proximité de la cascade de Soulou (mais certains doivent déjà connaître), en marchant au milieu d'une bambouseraie plutôt impressionnante.

 
Bambouseraie
La bambouseraie

 

N.B : sur cette dernière photo, j'ai essayé de mettre en évidence la taille d'un adulte en comparaison de celle des bambous.

En tout cas, une balade intéressante qui change des week-ends à la plage :)

Repost 0

Présentation

  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte (101e département français et petite île tropicale de l'archipel des Comores, dans l'Océan Indien) et la Bretagne
  • Contact

Photos à vendre

Certaines photos de ce blog (ainsi que d'autres sur des thèmes variés) sont en vente sur Fotolia (pour les francophones) et Dreamstime (pour les autres :)
N'hésitez pas, pour vos photos d'illustration, à consulter :

   . Ma galerie Fotolia
   . Ma galerie Dreamstime

Recherche

Liens // Mayotte

Liens // Mer & plongée

Autres liens