22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 12:03

Face à l'incompétence et à l'incurie (pour rester correct) des élus en place à Mayotte, il se trouve - heureusement pour l'île - certains jeunes mahorais de bonne volonté pour aller de l'avant, participer à la marche du Monde tout en préservant le savoir-faire et la culture locale.

On en a rencontré un lors des journées du patrimoine, le week-end dernier.
Il s'appelle Hassani Soulaimana.
Il a une plantation d'ylang-ylang à Ouangani. Plantation qu'il exploite dans le cadre de l'Association des producteurs d'ylang-ylang de Mayotte (l'Apym) qui vise à court-circuiter les grossistes locaux et la filière « classique » afin de vendre en direct avec une meilleure marge.

 
Distillerie d'ylang-ylang
Distillerie d'ylang-ylang

 
Arbres taillés d'une plantation d'ylang-ylang
Arbres taillés d'une plantation d'ylang-ylang

 
La fleur d'ylang
La fleur d'ylang

 
Fin de la distillation
Fin de la distillation


Il a beaucoup d'idées pour diversifier son offre (quand nous l'avons rencontré, il s'essayait à la distillation d'huile essentielle de citronnelle) et son activité. Notamment avec le tourisme.

D'ailleurs, il propose deux animations qui, je pense, devraient être plutôt sympa.

Le 25 octobre au matin : Découverte de la culture de l'ylang. Avec petit-déjeuner mahorais, cueillette des fleurs, mise en route de la distillation et voulé avec des produits locaux.

Le 11 octobre : La marche de nos ancêtres. Env. 8 km de marche et de visite à travers l'histoire de Ouangani, visite du parc botanique de Coconi, de la coopérative de la vanille, de la cascade de Hapandzo... Avec voulé bien entendu.

Pour réserver : 06 39 23 94 07 (Hassani) ou 06 39 67 05 62 (Chaduli).

Repost 0
Published by Metropolis - dans Carnet de voyage
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 05:51

Dans la famille Platax, je veux le papa, la maman, le fils (ou la fille)...
Ben, suffit d'aller à la plage de Trévani (au nord de Mayotte), de nager jusqu'au tombant du récif corallien et de mettre la tête sous l'eau :)

 
Platax nageant dans les eaux bleues du lagon
Un Platax nageant dans les eaux bleues du lagon

 
Un Platax adulte et un juvénile
Un Platax adulte et un juvénile

 
Platax et récif corallien
La famille Platax au-dessus du récif de corail

 
Platax juvénile
Un Platax juvénile


N.B : une précédente photo d'un juvénile prise sur le tombant de la plage de N'Gouja (au sud de Mayotte)

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 11:49

Le sujet de l'article n'est peut-être pas très original. Mais c'est quand même toujours plaisant de montrer ses photos considérées comme trop mal réussies.
Voici donc 3 clichés récents des tortues marines qui fréquentent la plage, le récif et l'herbier de N'Gouja.

 
Tortue marine et rémora
Tortue marine et rémora

 
Tortue marine et rémora
Tortue marine et rémora

 
Tortue marine
Tortue marine

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 10:08

À quelques distances au nord-est de l'île Maurice se trouve donc la méconnue - mais ô combien séduisante et reposante - île de Rorigues.

L'occasion d'en avoir, en 4 jours et 2 plongées (dont une accompagnée par les chants et vocalises des cachalots - d'après les pêcheurs locaux), un aperçu des fonds et du récif.

En bref donc, Rodrigues vs Maurice.

Tout d'abord, Rodrigues, c'est un récif, un vrai, largement plus développé que ce que j'ai pu voir à Maurice.
Une structure aussi riche qu'à Mayotte. Peut-être même encore plus intacte et préservée.

C'est aussi des eaux « chargées ».
En tout cas, quand j'y suis étais, la mer bougeait un peu (on a plongé côté extérieur du récif). Du coup, ça soulevait pas mal le sable et rendait l'eau un peu trouble.
Est-ce qu'en temps normal celle-ci est aussi claire qu'à Maurice ?

Enfin, autant le corail est abondant, autant les poissons se font discrets. On ne trouve pas, comme à Maurice, cette faune abondante, ces nombreux bancs de poissons « apprivoisés » qui se laissent approcher et photographier sans broncher.
Tout au plus un baliste Titan au détour du récif, un Diodon planqué ou un poisson-scorpion forcément discret.

La suite en image...

 
Baliste Titan
Baliste Titan

 
Banc de poissons
Un (le ?) banc de poissons !

 
Banc de poissons

 
Corail, détail du récif
Détail du récif

 
Poisson-scorpion
Poisson-scorpion

 
Récif corallien de l'île de Rodrigues
Le récif

 
Récif corallien de l'île de Rodrigues

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 05:27

Une dernière photo de Maurice « côté mer ».
Une photo traitée à part des précédentes. Non pas qu'elle offre une vision originale et inédite des eaux mauriciennes (un poisson-clown et son anémone, ça s'est déjà vu), mais j'ai hésité longtemps avant de décider qu'elle avait un intérêt à être montrée.

 

Une anémone... et un poisson-clown


Sans surprise, le sujet initial de l'image devait être le poisson-clown.
Photogénique mais peu conciliant, celui-ci n'a cependant pas voulu garder la pose (parce qu'un poisson-clown, c'est quand même nerveux).
Résultat, foirage de la mise au point et un poisson perdu au second plan, hors profondeur de champ, derrière des tentacules d'une netteté impeccable.

À la première vision, je me suis dit : « photo ratée ».
Puis, un peu plus tard, en y revenant, j'ai considéré qu'elle ne l'était peut-être pas tant que ça... ratée.
Et finalement, je trouve la photo plutôt sympa. Suffisamment pour être montrée en tout cas. Ratée ou réussie, chacun peut ainsi se faire son idée.

Repost 0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 07:19

Second opus de mes plongées à l'île Maurice, voici un aperçu (non exhaustif) de la faune locale croisée lors de ces excursions sous-marines. Dans le désordre, beaucoup, beaucoup, beaucoup de Ptérois  (ou rascasses volantes), quelques poissons-feuille et murènes, des poissons-pierre, des poissons-clown, quelques trop rares Nudibranches... et encore plein d'autres choses pas forcément photographiées.

Quelques photos en vrac de ces rencontres...

 
Nudibranche noir et rouge
Nudibranche noir et rouge

 
Mérou
Mérou

 
Petite murène
Petite murène

 
Poisson-clown juvénile dans son anémone
Poisson-clown juvénile dans son anémone

 
Poisson-feuille orange
Poisson-feuille orange

 
Poisson-pierre
Poisson-pierre

 
Rascasse volante (ou Ptérois) noire
Rascasse volante (Ptérois) noire

 
Bénitier, Porite et corail mou
Bénitier, Porite et corail mou

Repost 0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 05:30

Je l'ai annoncé dans mes précédents articles, notamment celui à propos de mon coup de cœur pour Rodrigues, voici donc les premières photos de mes plongées dans les eaux mauriciennes. Suivront par la suite celles dans les eaux rodriguaises.

En quelques mots, ce que j'ai trouvé de différent à Maurice par rapport aux explorations sous-marines de Mayotte :

1°/ La clarté et la limpidité de l'eau.
Une limpidité qui autorise des photographies en plan large difficilement envisageables à Mayotte. À profondeur identique en tout cas.

 
Plongée sur l'épave du Stella Maru
Plongée sur l'épave du Stella Maru

 
Plongée à l'île Maurice


2°/ La nette tendance des poissons à former de petits groupes (plutôt que des bancs, ce qui serait un peu exagéré).
On en trouve à Mayotte, mais de manière moins fréquente et moins systématique il me semble.
En plus, comme à Maurice les poissons sont sûrement apprivoisés tellement c'est pas croyable comme ils sont peu farouches, ces groupes souvent statiques. Le bohneur pour faire des photos.

 
Banc de poissons tropicaux blancs
Cherchez l'intrus !

 
Poissons tropicaux et récif corallien


3°/ La pauvreté et le mauvais état du récif. De ce que j'en ai vu en tout cas. À ce niveau, Mayotte évolue dans la catégorie supérieure.

La prochaine fois, quelques photos des hôtes de ces eaux

Repost 0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 19:13

La dernière fois que je suis allé barboter sur le récif de N'Gouja, j'avais aperçu, à quelques mètres de la plage, un baliste géant ou baliste titan. Ce que j'avais trouvé surprenant.
Surprenant de trouver un aussi gros poisson sur une plage parmi les plus fréquentée de Mayotte.
Surprenant de le croiser à si faible profondeur, peut-être même pas 1m50. Même si, après vérification, c'est de l'ordre du possible avec le baliste géant.
Surprenant enfin de le voir évoluer tranquillement, sans même chercher à s'éloigner des nageurs importuns de mon genre.

De retour de vacances (bientôt quelques photos des fonds mauriciens et rodriguais), sur cette même plage de N'Gouja, je fais la même rencontre... un tout petit peu plus loin du rivage (mais c'était marée très très basse ;).
Plus qu'une rencontre fortuite, le poisson a donc - semble-t-il - décidé de poser ses valises dans ce coin. Ce qui, finalement, n'est pas pour me déplaire.

 
Baliste géant
Baliste géant


Cette fois-ci, l'animal était en train de déguster un oursin, de tranquillement le mettre en miette à l'aide de ses puissantes mâchoires et de ses solides dents.
Le tout dans une position surprenante encore une fois : à la vertical, tête en bas et nageoire caudale en l'air.
Un festin que rien ne venait troubler : ni moi, ni les poissons profiteurs

 
Baliste géant en train de dévorer un oursin
Baliste géant en train de dévorer un oursin


Dernière surprise : le poisson est maintenant accompagné d'un petit rémora. Ce que je n'imaginais pas.
Je ne pensais pas possible qu'un rémora puisse s'accrocher à un tel poisson. J'en étais resté à la possibilité de les voir sur des tortues, des requins, des raies. Bref, des choses d'une plus grande envergure.

 
Baliste géant et poisson rémora
Baliste géant et poisson rémora


Un autre article sur le baliste géant ou baliste titan.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 16:33

De retour de vacances, avant de reparler de plongée, d'abord un coup de cœur.

Notre première escapade, depuis que nous sommes à Mayotte, à la découverte de l'océan Indien, nous a menés aux îles Maurice et Rodrigues.
Un coup de cœur donc pour Rodrigues, la méconnue (confidentielle en tout cas, mais bien nommée) Cendrillon des Mascareignes.

Une île simplement belle !
Sauvage et colorée : du bleu dans le ciel, du vert dans les terres, du turquoise dans le lagon.
Calme et tranquille, à l'opposé de l'agitation et de l'industrie touristique (bien rôdée) de l'île Maurice (pour combien de temps encore ?)

Détente et évasion assurée. Une véritable parenthèse nature pour, quelques jours durant, reprendre son souffle.

Il y aurait encore beaucoup à dire. Mais place aux images. Ambiance...

 
Côte sud de Rodrigues
Côte sud de Rodrigues

 
Un oiseau Noddi sur l'île aux Cocos
Un oiseau Noddi sur l'île aux Cocos (lagon de Rodrigues)

 
Plage de la réserve naturelle de l'île aux Cocos
Plage de la réserve naturelle de l'île aux Cocos

 
Poulpes séchés
Poulpes séchés

 

Repost 0
Published by Metropolis - dans Carnet de voyage
commenter cet article
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 05:47

Je l'ai déjà évoqué. Mayotte est un endroit où il est assez facile de croiser des dauphins. Voire, quelques fois, beaucoup de dauphins.
Et des baleines également. Sauf cette année où elles se font encore attendre.

 
Dauphin à bosse
Un dauphin à bosse


Des dauphins donc. Notamment des Tursiops et des Stenelles.
Les Tursiops, ou dauphins à bosse, souffleurs également je crois, sont de grande taille et pas très joueurs. On les croise dans les eaux tranquilles du lagon.
Les Stenelles, ou dauphins à long bec, sont plus petits, très joueurs et acrobates. Ils vivent à l'extérieur du lagon.

 
Dauphin Tursiop
Dauphin Tursiop


Les deux espèces n'ont donc, à priori, aucune raison de se croiser, ni de « fricoter » ensemble.
En principe ! Car un fait divers surprenant (enfin, je trouve) est venu perturber tout cela.

Un couple de Tursiops est sorti du lagon et a kidnappé un petit Stenelle pour le ramener dans le lagon et l'élever comme son propre rejeton.
Maintenant, entre Trévani et Longoni (pour ceux qui connaissent), il est donc possible de rencontrer un petit Stenelle, joueur et bondissant, protégé par deux gros et placides Tursiops.

 
Dauphin Tursiop
Un parent kidnappeur (et le petit Stenelle que l'on distingue à peine)


N.b : lorsque nous avons rencontré cette famille recomposée, un des parents a fait une chose aussi spectaculaire qu'inattendue. Il a sorti de l'eau, à la verticale, la moitié arrière de son corps et a agité sa nageoire caudale pendant 1 à 2 secondes. Genre : « salut les gars, bienvenue ».
Merveilleux ! Mais quel sens donner à ce geste ?

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article

Présentation

  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte (101e département français et petite île tropicale de l'archipel des Comores, dans l'Océan Indien) et la Bretagne
  • Contact

Photos à vendre

Certaines photos de ce blog (ainsi que d'autres sur des thèmes variés) sont en vente sur Fotolia (pour les francophones) et Dreamstime (pour les autres :)
N'hésitez pas, pour vos photos d'illustration, à consulter :

   . Ma galerie Fotolia
   . Ma galerie Dreamstime

Recherche

Liens // Mayotte

Liens // Mer & plongée

Autres liens