18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:33

Une vue de la plage de Trévani, au nord de MayotteAprès les émotions de notre arrivée, 1 journée à la plage. Celle de Trévani en l'occurrence.
Pas la plus exotique, pas la plus séduisante... mais la plus près. Et pour le moment, ça fera très bien l'affaire.

1 journée à la plage donc et de beaux coups de soleil en prime. Emportés par notre enthousiasme, blancs comme des cachets d'aspirine, sortant de la rudesse de l'hiver métropolitain, on ne s'est - forcément - pas assez méfié du soleil des tropiques. Aïe !

Cela n'a toutefois pas gâché ces premières baignades dans l'Océan Indien ; Avec, en prime, les premiers poissons tropicaux aperçus (pas d'appareil, dommage).

Autres sensations (qui n'ont rien à voir avec la baignade) : le vrai goût des mangues bien juteuses achetées sur le marché, les zébus attachés (plus ou moins) sur le bord des routes, les chèvres en totale liberté (des fois au milieu de la route), les chauves-souris presque plus nombreuses dans le ciel que les oiseaux.
 

Plage de Trévani, Mayotte nord
 

N.b : pendant ces deux jours, nous avons logé à la chambre d'hôtes « L'horizon ». Une adresse et un accueil très sympatique au centre de Mamoudzou.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Carnet de voyage
commenter cet article
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 09:02

Ça y est, on a changé de continent, on a changé de vie, c'est maintenant une réalité.

Je recommence à avoir du temps pour ce blog. Aujourd'hui donc, le récit de notre première journée à Mayotte, l'île au lagon (ou encore l'Hippocampe).
 

Les cimes enneigées du Kilimandjaro
 

Le bilan de ce long voyage :

» Pour y arriver : 500 km de train, ~ 25 km de taxi, 8 000 km d'avion, quelques heures d'attente dans différents hall, 108 kg de bagages (+ quelques broutilles dont le cochon d'inde), 1/4 d'h d'amphidrome (spécialité mahoraise) et quelques km en voiture sous un caniard d'enfer.
» Sur place : tout d'abord un gros coup de chaleur au sortir de l'avion (la fatigue du voyage aidant), 2 premières heures très très difficiles (~ 30° d'écart de température), 25 l (au moins) de sueur évaporée par personne (cochon d'inde compris), presque autant de boissons réfrigérées ingurgitées, 4 douches (toujours par personne, cochon d'inde exclu)... mais en récompense, les premières sensations mahoraises telles que vues et / ou lues avanrt de venir.

. les colliers à fleurs au sortir de l'aéroport (toujours sympa pour commencer à s'y croire vraiment :) ;

. le marché en tôle à l'arrivée des barges sur Grande Terre ;

. la douceur de l'Océan Indien ;

. beaucoup, beaucoup, beaucoup de verdure : cocotiers, bananiers, palmiers et je ne sais quoi d'autre   encore ;

. du bruit, du monde, de la vie... un tourbillon, l'Afrique !


N.B : En photo, un bonus du voyage. Le survol des cimes enneigées du Kilimandjaro dans un ciel de feu, au réveil, après une nuit dans l'avion.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Carnet de voyage
commenter cet article
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 14:29

Toujours pour continuer à illustrer le premier article de ce blog sur les récifs coralliens, les lagons et les atolls, voici les schémas de création d'un récif, depuis l'apparition d'une île volcanique jusqu'à sa ré-immersion et la création d'un atoll.
 

Création d'un récif corallien, d'un lagon puis d'un atoll
Création d'un récif corallien, d'un lagon puis d'un atoll


On y retrouve les 4 étapes précédemment décrites de la vie d'une île volcanique : #1 - Apparition d'une île suite à la pression du magma, #2 - Développement du récif corallien avec les récifs frangeants, #3 - Phénomène de subsidence et naissance du lagon, #4 - Ré-immersion de l'île et création d'un atoll

Pour mémoire, Mayotte en est à la troisième étape.

Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 13:38

Comme prévu dans mon article sur Mayotte et la naissance d'un lagon, voici un premier graphique d'illustration de mes propos.
Celui-ci qui permet de comprendre très clairement pourquoi les îles de l'archipel des Comores sont également appelées les îles de la lune :
 

Le croissant des îles de la lune
Le croissant des îles de la lune


Je crois que tout ça se passe de commentaire, non ?
 

Repost 0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 13:00

Le moment de quitter la Bretagne approche maintenant à grand pas.
Bientôt les tropiques, bientôt l'Océan Indien et ses promesses de plongées (que j'espère ) magnifiques, à la découvertes des fonds de Mayotte, l'île au lagon.

En attendant, j'initie ce blog par quelques articles à la découvert de l'île elle-même, pour mieux connaître ce petit bout de France. Aujourd'hui un peu de géologie.

Mayotte est, avec Anjouan, Mohéli et Grande Comore (+ quelques îlots), la quatrième île de l'archipel des Comores (article Wikipédia) ; La seule à avoir voulu rester française.

L'archipel est coincé entre Madagascar (à droite) et les côtes est-africaines (à gauche). On l'appelle également l'archipel des îles de la lune, du fait de la position des îles et îlots qui forment un croissant de lune. D'ailleurs le nom des Comores vient de l'arabe K'm'r qui signifie Lune.

Toutes ces îles de l'archipel ont vu le jour suite à l'activité volcanique dans la région. Mayotte est la plus ancienne, environ 9 millions d'années, et Grande Comore la plus jeune.
Là où ça devient intéressant d'un point de vue géologique, c'est que les 4 îles sont dans un stade différent de la vie et de l'évolution d'une île volcanique.

Naissance d'une île volcanique et d'un récif corallien

Sous la pression du magma en fusion, un volcan se forme, perce la croûte terrestre, atteint puis dépasse la surface de l'eau. Une île est née.
La roche volcanique est essentiellement constituée de basalte qui se révèle être un très bon support pour les coraux. Ceux-ci commencent donc à investir, à coloniser les abords de l'île et à poser les fondements d'un futur récif corallien.

C'est à ce stade qu'en est Grande Comore.

Développement du récif corallien

Le nombre de coraux augmente. Le récif prend forme et finit par former une ceinture autour de l'île qu'on appelle récif frangeant.

C'est l'état actuel d'Anjouan et de Mohéli.

Naissance d'un lagon

Sous le poids du basalte et des coraux, l'ancien volcan commence à s'affaisser et à s'enfoncer dans l'eau. C'est le phénomène de subsidence.
À l'inverse, le récif frangeant continue à croître en hauteur pour se maintenir à proximité de la surface de l'eau et de la lumière.

Petit à petit, lé récif se détache donc des abords de l'île (dont la partie émergée diminue sensiblement) et forme une couronne autour de celle-ci. La mer intérieure située entre le récif corallien et ce qui reste de l'île est un lagon.

C'est donc à cette troisième étape que se trouve Mayotte qui possède le plus grand lagon du monde : 1 000 km² de superficie.

Naissance d'un atoll

À la fin du phénomène de subsidence, quand le sommet de l'île a totalement disparu sous la surface de l'eau, il ne reste que la couronne de corail. C'est l'atoll... et le futur de Mayotte dans quelques millions d'années (si tout va bien).

Je vais essayer d'illustrer tout ça prochainement afin de rendre les choses plus concrètes.

Repost 0

Présentation

  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte (101e département français et petite île tropicale de l'archipel des Comores, dans l'Océan Indien) et la Bretagne
  • Contact

Photos à vendre

Certaines photos de ce blog (ainsi que d'autres sur des thèmes variés) sont en vente sur Fotolia (pour les francophones) et Dreamstime (pour les autres :)
N'hésitez pas, pour vos photos d'illustration, à consulter :

   . Ma galerie Fotolia
   . Ma galerie Dreamstime

Recherche

Liens // Mayotte

Liens // Mer & plongée

Autres liens