8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 21:10

Depuis maintenant plus de 2 ans que je barbotte dans les eaux du lagon de Mayotte, j'ai eu l'occasion de voir beaucoup de poissons tropicaux de toute sorte. Mais ce n'est que tout récemment que j'ai découvert - tout au moins remarqué - le Chirurgien-clown.
Je ne sais pas si j'en avais déjà vus auparavant. Peut-être étaient-ils « noyés » dans la masse ? En tout cas, ce n'est que dernièrement que l'élégance de ce poisson m'a sauté aux yeux. Lors d'une « simple » plongée P.M.T sur le récif frangeant de la plage de Tanaraki.

 
Chirurgien-clown ou chirurgien-zèbre
Poisson Chirurgien-clown

 

Le Chirurgien-clown (Acanthurus lineatus) est aussi appelé Chirurgien-zèbre... comme l'est un autre poisson Chirurgien, l'Acanthurus sohal ! Mais il est impossible de les confondre.

Le Chirurgien clown est identifiable à coup sûr grâce à son corps bleuté et à ses stries horizontales jaunes et  - celles qui attirent le plus le regard - bleues électriques bordées de noir sur les 2/3 supérieurs. Autre élément remarquable : la nageoire caudale, en forme de croissant, bleue foncée avec une ligne claire médiane également bleue électrique.

Et, bien entendu, même si cela ne se voit pas sur la photo, le Chirurgien-clown est doté - comme tout poisson Chirurgien - d'une épine érectile, tranchante et venimeuse de part et d'autre du pédoncule caudal.

Seul regret de cette plongée, ne pas avoir réussi à mieux photographier ce (nouveau) poisson.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 19:33

C'est petit (en général) mais toujours beau et coloré. Difficile donc d'être blasé de ces « simples » - mais très nombreuses et variées -  limaces. Ce soir donc, une autre photo d'un autre de ces joyaux de la mer.

 
Mollusque nudibranche
Mollusque nudibranche


L'air de rien, les nudibranches sont des prédateurs carnivores plutôt efficaces, qui ont développé des systèmes de défenses ingénieux autant que sophistiqués. Et qui signalent leur dangerosité justement pas ces couleurs vives qui font leur attrait. Ce système d'avertissement par la couleur du corps porte le nom savant d'aposématisme.
Entre autres mécanismes de protection, certains nudibranches avalent et s'accaparent les défenses de leurs proies, comme les cellules urticantes des hydraires broutés par exemple.

Parmi la miriade d'espèces de nudibranches connues (ou pas d'ailleurs), je ne saurais dire à laquelle appartient l'individu que j'ai photographié. Toutefois, il a en commun avec tous ses congénères :

. un pied musculaire qui lui permet de se déplacer ;
. une langue abrasive appelée radula ;
. des tentacules sensoriels (des « cornes ») appelés rhinophores ;
. un appareil respiratoire externe (à qui l'on doit ce nom de nudibranche) et qui, ici, prend la forme de papilles respiratoires réparties sur le dos de l'animal.

Une autre chose remarquable chez les nudibranches : leurs pontes qui ont l'aspect de longs rubans posés en spirale sur un substrat. Mais je n'en ai pas - encore - de photo.

Pour approfondir un peu le sujet, un article que je trouve sympa à lire : Perfides limaces.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 19:28

Après une série de photos nocturnes, retour aux plongées de jour. Avec, aujourd'hui, deux images d'un poisson assez fréquent à Mayotte, dans le lagon autant que sur les étals des marchands : la carangue bleue.

 
Carangues bleues
Un groupe de carangues bleues


Il existe plusieurs espèces de carangues. Je n'ai pas de données chiffrées mais je suppute toutefois que la carangue bleue est l'espèce la plus réprésentée à Mayotte. Il n'est pas rare du tout, ni difficile, d'en croiser quelques individus, souvent par très petits groupes de 2 ou 3.

Ce qui a été sympa ce jour-là, au cours de cette plongée le long du récif extérieur de la barrière de corail, ça a été de nager avec ce groupe de plusieurs dizaines de poissons. Pas encore un banc, mais un beau groupe quand même :)

 
Carangues bleues
Des carangues bleues


Sympa mais pas complètement inattendu puisque les adultes fréquentent plus facilement, en groupe, les récifs externes (quand les jeunes profitent plutôt du calme et de la quitétude du lagon).
Et sympa surtout parce que, bien que généralement peu craintives vis-à-vis des plongeurs, ces carangues-ci étaient carrément curieuses. Les groupe nous a suivi, précédé, entouré pendant plusieurs minutes avant d'aller voir ailleurs, ayant certainement satisfait à sa curiosité.

Tout à fait le temps donc d'observer et d'admirer ce poisson taillé pour la chasse. Chose qu'il fait très bien par raids éclairs sur des petits poissons. La carangue bleue est facilement identifiable par ses nageoires d'un bleu vif et son corps argenté tâcheté de points bleus-noirs.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 11:58

Il existe plusieurs espèces de crevettes nettoyeuses. Une des plus photogéniques est - de mon point de vue - la crevette barbier ou crevette boxeuse, « Stenopus hispidus » en latin. Ici photographiée lors d'une plongée de nuit, dans la Passe en S du lagon de Mayotte.

 
Crevette nettoyeuse
Crevette nettoyeuse


Le crustacé presente en effet quelques caractéristiques qui peuvent permettre de réaliser des images assez sympa.

. Sa livrée tout d'abord : blanche à bandes rouge-pourpre ;
. Une première paire de pattes massive, aux dimensions impressionnantes puisque de taille similaire
  au corps de l'animal. Et qui lui donne cette attitude de boxeur se préparant au combat ;
. Des antennes fines et surtout interminables, qui débordent à tous les coups du cadre de l'image.

 
Couple de crevettes nettoyeuses
Un couple de crevettes nettoyeuses


La crevette barbier est donc une crevette nettoyeuse. C'est-à-dire qu'elle occupe son temps à débarrasser les poissons de leurs débris de peau et de leurs parasites. Elle vit, en général, en couple, dans une cavité à l'entrée de laquelle elle se place pour indiquer sa disponibilité en agitant ses longues antennes.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:46

Il n'est pas rare que les poissons juvéniles arborent une livrée tout à fait différente de celle des adultes, à l'image du poisson Ange-empereur (pour ne prendre que l'exemple certainement le plus connu). Cette différence est même plutôt la règle - j'imagine - afin que les petits, vulnérables, puissent mieux se camoufler.

Ainsi, il n'est pas rare de rencontrer, en plongée, des petits poissons... comme celui-ci :

 
Poisson Diagramme juvénile
Poisson diagramme juvénile

 

Il n'est pas rare de rencontrer des poissons... dont on ne sait absolument pas à quelle espèce ils appartiennent !
En effet, ce n'est déjà pas forcément évident de retenir - et donc reconnaître - les adultes, tellement les espèces et les variations de ces espèces sont nombreuses. Alors de là à (re-)connaître les formes juvéniles...

Toutefois, celui de la photo m'a beaucoup intrigué. Par sa livrée, très contrastée et originale. Par son comportement. Car, même si j'ai réussi à le « fixer » sur la photo, ce fut dur : il était plutôt à la limite de la frénésie avec des mouvements permanents et rapides.

J'ai donc cherché un peu pour en savoir plus. Il semble donc que j'ai eu affaire, ce jour-là, au juvénile d'un poisson Diagramme. Ce qui me fait me rendre compte que je n'ai pas (encore) de photos d'un Diagramme adulte. Je renvoie donc vers cet autre blog d'un plongeur de Mayotte : Mayotte-photos-plongee.com pour comparer l'évolution de la livrée.

N.b : je ne rentre pas dans le détail car ce n'est pas l'objectif de ce billet. Toutefois il existe bien entendu plusieurs espèces de Diagrammes. Ça aurait été trop simple sinon :)

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 18:52

Autre rencontre nocturne avec un autre animal également actif surtout la nuit : le Bernard l'ermite !

Une (petite) galerie de portraits avec les photos de deux crustacés, remarquables notamment par leurs couleurs éclatantes, rouge et jaune.

 
Bernard l'ermite
Un Bernard-l'ermite... rouge


Ce qu'il y a de remarquable aussi, sur cette deuxième image, c'est qu'elle montre très bien les soies - ici, longues et denses - qui recouvrent les pattes et les pinces épaisses de l'animal.

 
Bernard l'ermite
Un Bernard-l'ermite... jaune


Le Bernard-l'ermite est un crustacé décapode. Il possède 5 paires de pattes, dont une transformée en pinces et deux autres qui l'aident à s'accrocher à sa coquille. On le trouve sous l'appellation générique de pagure qui désigne les crabes dont l'abdomen ramolli est vulnérable et qui doit être protégé en permanence dans des coquilles de mollusques gastéropodes. L'animal en change au fur et à mesure de sa croissance, quand il dépasse trop de son armure. C'est une des raisons pour lesquelles il ne faut pas ramasser les coquillages sur les plages. Le Bernad l'ermite n'aurait plus de toit !

Une petite précision pour terminer. Entre « Bernard l'ermite » ou « Bernard l'hermite », faut-il choisir ? Éh bien non. Les deux orthographes sont valables. De même que le nom est invariable : au pluriel, on écrit les Bernard-l'ermite.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 19:41

J'ai déjà consacré des billets aux porcelaines tigres (ou Cypraea tigris), ces mollusques gastéropodes malheureusement recherchés pour leur coquille tachetée élégante.
J'avais déjà pu les photographier plusieurs fois... mais toujours en journée. L'animal étant noctambule, je n'avais donc pu immortaliser que la coquille nue (cf. le précédent billet Porcelaine-tigre par exemple). Pas le manteau que le mollusque déploie quand il est actif (la nuit) et qui recouvre la coquille.

C'est chose faite maintenant avec cette porcelaine, rencontrée lors d'une plongée de nuit, en plein déplacement sur le fond de sable blanc du lagon de Mayotte.

 
Porcelaine-tigre
Porcelaine-tigre et son manteau


Ici, on voit bien le manteau déployé et ses nombreux appendices - à l'extrémité blanche - qui sont des papilles.

Un dernier mot enfin pour dire qu'il est assez facile de voir des porcelaines à Mayotte du fait de l'interdiction de ramassage mise en œuvre.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 19:11

J'ai déjà évoqué ici l'étoile de mer Acanthaster, le fait qu'elle se nourrit exclusivement de polypes coralliens et le danger que représente, pour un récif, une concentration trop importante d'individus.

 
Étoile de mer épineuse Acanthaster
Une Acanthaster en pleine dégustation


J'ai aussi parlé du fait qu'un des rares prédateurs de cette échoniderme est un mollusque : le Triton-congue ou Trompette de Neptune. Mais je n'en avais encore jamais vu... jusqu'à il n'y pas très longtemps.

Sans trop de surprise, puisque les proies attirent les prédateurs, nous avons donc croisé un Triton lors d'une plongée récente.

 
Triton-congue ou Trompette de Neptune
Triton-congue ou Trompette de Neptune


Et quand on dit que le Triton est un « très gros » gastéropode marin, ce n'est pas une légende. C'en est même assez impressionnant. Il était difficile de rendre compte, sur la photo, des dimensions de l'animal - puisqu'il était isolé, sans rien autour qui pouvait servir de repère - mais j'aurais quasiment pu rentrer tout le bras dans le coquillage s'il n'avait déjà été plein. Et je ne suis pas Marseillais :)

Voici donc à quoi ressemble l'esthétique prédateur du prédateur (qui ne se nourrit d'ailleurs pas que d'Acanthaster mais d'échinodermes de façon générale).

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 20:23

Une autre rencontre nocturne (il va y en avoir quelques unes dans les prochains articles), et inédite (puisque c'est le but de ces plongées de nuit).

Aujourd'hui avec un poisson-perroquet chevalin.

 
Poisson-perroquet chevalin
Poisson-perroquet chevalin


Des poissons-perroquets (famille des Scaridae), on en trouve facilement, de jour comme de nuit, sur le récif de Mayotte, à se remplir la panse des algues qu'ils extraient du corail.

Mais souvent, ce sont les « classiques », ceux dont la couleur dominante est le bleu-vert, relevée éventuellement de jaune, de rose-orange ou de violet. Et avec des dents massives et proéminentes. Un peu comme celui-ci.

Ici, rien de tout ça. Ce perroquet chevalin, que je n'avais encore jamais vu (est-ce qu'il est vraiment plus facile à observer la nuit ? Est-ce que je n'avais encore jamais fait suffisamment attention ?) se distingue par :

. des lèvres qui couvrent entièrement le « bec » et les dents. Ce qui lui fait comme un museau allongé de couleur rosâtre ;
. Une livrée marron-brun parsemée de grosses tâches blanches.

Une autre particularité (mais je ne sais pas si c'est lié à l'espèce ou à la situation) : l'individu photographié n'était pas protégé par la bulle de mucus dans laquelle dorment - en général - les poissons-perroquets afin de ne pas propager leur odeur.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 09:04

Grande question ! Qu'y a-t-il donc dans un coquillage ? Car, quand on les ramasse, sur les plage, il sont vides. Mais avant cela ?

Avant cela, un coquillage est une « maison », celle d'un mollusque gastéropode, exactement comme une coquille est la maison d'un escargot terrestre.
D'ailleurs, quand on peut les voir qui se déplacent (comme ici lors d'une récente plongée de nuit), on constate qu'il ne s'agit pas que d'une analogie. Les coquillage sont bien les escargots des mers. Ils en ont tous les attributs (coquille, antenne, etc.) en plus d'appartenir à la même famille des mollusques gastéropodes.

 
Escargot de mer
Un escargot de mer


C'est pour cela que je fais, en ce moment, régulièrement des plongées de nuit. Pour voir le lagon de Mayotte différemment, avec un œil neuf, pour voir - et photographier - d'autres choses, celles qu'on ne voit pas le jour. Comme cet escargot. Mais aussi, par exemple, comme cet oursin crayon chez qui, comme chez tous les oursins de ce genre, les piquants arrondis sont inoffensifs et n'ont gardé que leur fonction « mécanique » d'éloignement des prédateurs.

 
Oursin crayon
Oursin crayon


Décidément, le lagon nous réserve encore de nombreux trésors à découvrir.

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article

Présentation

  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte (101e département français et petite île tropicale de l'archipel des Comores, dans l'Océan Indien) et la Bretagne
  • Contact

Photos à vendre

Certaines photos de ce blog (ainsi que d'autres sur des thèmes variés) sont en vente sur Fotolia (pour les francophones) et Dreamstime (pour les autres :)
N'hésitez pas, pour vos photos d'illustration, à consulter :

   . Ma galerie Fotolia
   . Ma galerie Dreamstime

Recherche

Liens // Mayotte

Liens // Mer & plongée

Autres liens