31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 14:13

Les prédateurs naturels des coraux et des récifs coralliens sont nombreux, sans compter les agressions extérieures (humaines, climatologiques, etc.) Parmi ces prédateurs, un des plus efficaces est sans aucun doute l'étoile de mer Acanthaster, Acanthaster planci de son vrai nom de baptême.

 
Étoile de mer épineuse Acanthaster
Étoile de mer épineuse Acanthaster


L'Acanthaster est identifiable au premier coup d'œil. De part sa taille imposante. Les bras sont courts mais son disque mesure plusieurs dizaines de centimètres. De part ses nombreux bras (15 à 20). De part ses piquants, denses et épais. À noter qu'en plus de ses piquants l'Acanthaster sécrète une substance toxique qui fait qu'il faut absolument éviter de la toucher à main nue.

Cette étoile de mer se nourrit exclusivement de polypes coralliens. Elle laisse, après son passage d'une rare efficacité, des structures calcaires absolument vides et blanches, c'est-à-dire des coraux morts ! Quand on l'aperçoit sur un acropore, il est facile de voir où elle est déjà passée et vers où elle se dirige. Sa prolifération est donc extrêment préjudiciable et représente un danger important pour la survie des récifs coralliens. Il est à noter que sa prolifération pourrait être due, en partie et de façon très classique, à l'activité humaine, à savoir à la pêche et au ramassage de ses prédateurs.

Je n'en avais vu - jusqu'à présent - qu'une seule à Mayotte. Mais là, coup sur coup, on en a aperçu plusieurs. Dont un nombre très très important (supérieur à mon avis à la concentration maximale que peut supporter un récif) d'individus de très grande taille sur un seul site. Les deux fois c'était au nord du lagon. Après renseignement, il semble qu'il est connu de pouvoir en trouver à ces endroits. Le - triste - spectacle n'en demeure pas moins impressionnant.

Je ne sais pas si cela augure de mauvaises choses pour le récif dans son entier, après le fort blanchissement récemment observé. Je ne l'espère pas. En tout cas, pour l'instant, ces prédateurs ont l'air de rester sur cette petite zone géographique du nord. À suivre...

Et pour finir ce billet et l'année sur une note un peu plus optimiste, je vous souhaite à tous, lecteurs fidèles et occasionnels, une bonne année. Je vous présente mes meilleurs vœux pour 2011 : de la santé, de la joie et du bonheur, de la réussite... et quelques belles plongées entre tout ça.

Bonnes fête.

Partager cet article

Repost 0
Published by Metropolis - dans Faune sous-marine
commenter cet article

commentaires

COURDAVAULT Franck 09/03/2011 11:41


Nous en avons vu une énorme à l'Hermitage (ST GILLES) tout près du bord. Dommage, ne sachant pas de quoi il s'agissait, nous ne l'avons pas éliminée.


Metropolis 15/03/2011 19:45



Tant mieux ! Car même si elle peut être énorme effectivement, et qu'elle n'a pas forcément bonne presse, il ne s'agit pas de l'éliminer systématiquement. Elle fait partie de l'ensemble. En plus,
un seul individu ou même quelques uns ne sont pas dangereux en soi. C'est une trop grande concentration qui pose problème.


Et ce n'est pas aussi simple de l'éliminer. Parce qu'elle peut être toxique pour celui qui la touche. Et parce qu'en la manipulant mal on peut « semer » les germes de nombreux futurs individus.
Ce qui est pire... Il y a donc un protocole à suivre pour faire ça bien.



La maman des poissons 10/01/2011 21:39


Mais qui sont donc les prédateurs de cette chose très bien équipée ?

Très bonne année à vous, plein de petites bulles et de beaux poissons.


Metropolis 17/01/2011 05:22



Bonjour,


Le principal prédateur de l'Acanthaster est le Triton, un gros escargot de mer en voie de disparition. Il est l’un des seuls prédateurs de l'Acanthaster adulte. Sinon une espèce de crevettes, une
espèce de vers et différents poissons de récifs se nourrissent de larves et de jeunes adultes.


Deux sites détaillant le sujet : http://www.wikidive.com/Sujet-Plongee/393,acanthaster.php, http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=827


Bonne année à vous également :)



Présentation

  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte et la Bretagne
  • : Plongée et biologie sous-marine, entre Mayotte (101e département français et petite île tropicale de l'archipel des Comores, dans l'Océan Indien) et la Bretagne
  • Contact

Photos à vendre

Certaines photos de ce blog (ainsi que d'autres sur des thèmes variés) sont en vente sur Fotolia (pour les francophones) et Dreamstime (pour les autres :)
N'hésitez pas, pour vos photos d'illustration, à consulter :

   . Ma galerie Fotolia
   . Ma galerie Dreamstime

Recherche

Liens // Mayotte

Liens // Mer & plongée

Autres liens